Auteur : Marcel-André Casasola Merkle

Editeur : Hans im Glück (2006)

Type de Jeu : Tuiles / Placement

Nombre de joueurs : 2 à 4

Age : 10 ans et +

Durée : 30/45mn

          


  commentaire


Perdue quelque part au milieu de l'océan, se trouve une île au terrain torturé et à l'activité volcanique importante. Elle voit plusieurs peuples en dédoudre pour tenter de s'y implanter, et comme l'espace est trés limité, la lutte promet d'être intense et rapide. Le jeu propose à chaque joueur de prendre en main la destinée d'un de ces peuples pour essayer de le mener à la victoire...
On commencera par mélanger et disposer les 48 tuiles volcan en une pile (voire un tas), face cachée. Chaque joueur choisit ensuite sa couleur et prend les pions qui lui sont associés (soit 3 temples, 2 tours et 20 Huttes).

Chaque tuile est composée de trois champs hexagonaux. L'un de ces champs un sera toujours un volcan, les deux autres seront des terrains de type jungle, clairière, plage, montagne ou lac.

Le Tour de Jeu :

Chaque joueur, à son tour, doit effectuer les deux phases suivantes :

- Ajouter une tuile volcan. Le joueur actif pioche une tuile et peut :
  • soit étendre le territoire en plaçant la tuile sur la table, la connectant par au moins un de ses cotés aux tuiles déjà en place (notez que la pose peut trés bien générer des "trous" dans le territoire).
  • soit provoquer une éruption volcanique en posant la tuile sur une autre tuile, le champ "volcan" de la tuile devant obligatoirement être posé par-dessus un autre champ volcan, mais pas dans la même direction (interdiction ici de laisser un "trou" sous la tuile).
Notez qu'il est possible lors d'une éruption volcanique de recouvrir des huttes (qu'elles soient vôtres ou pas). Ce faisant vous pouvez trés bien diviser une colonie en deux colonies distinctes (les pions "hutte" ainsi recouverts sont écartés définitivement). Toutefois, on ne peut pas recouvrir ni les tours ni les temples et on ne peut pas faire disparaître complètement une colonie, un bâtiment au moins doit en subsiter.

- Placer un ou plusieurs bâtiments, en respectant les règles de pose suivantes :
Les bâtiments ne peuvent être construits que sur des champs libres et jamais sur un volcan.
  • Contruire une hutte : De cette façon le joueur crée une colonie en plaçant une hutte sur un champ libre situé au niveau 1.
  • Construire une tour : La tour doit être placée sur un champ situé au niveau 3 et doit être adjacente à une colonie existante. On ne peut placer qu'une Tour par colonie.
  • Construire un Temple : Le Temple peut être placé sur un terrain adjacent à une colonie existante composée d'au moins trois terrains, sans contrainte de hauteur. On ne peut placer qu'un Temple par colonie.
  • Etendre une colonie existante : Le joueur peut de cette manière placer une ou plusieurs huttes dans une de ses colonies. Pour ce faire, il choisit le type de terrain sur lequel il va construire et doit ensuite occuper chaque champ de ce type de terrain, adjacent à la colonie choisie, en fonction de son niveau de hauteur : une hutte au niveau 1, 2 huttes au niveau 2, 3 huttes au niveau 3...
Important : Pour réaliser une action, le joueur doit posséder tous les bâtiments nécessaires dans sa réserve.
Si lors d'un tour, un joueur ne peut pas construire, il est éliminé.

Fin de la Partie :

Le partie peut se terminer de deux manières :
- Les tuiles "Volcan" ont toutes été placées. Le joueur qui a placé le plus de Temples gagne. En cas d'égalité, celui qui a construit le plus de Tours l'emporte, en cas de nouvelle égalité, ce sont les Huttes qui déterminent le vainqueur.
- Un joueur a réussi à placer la totalité de 2 types de bâtiments (Tours et Temples, ou Tours et Huttes, ou Temples et Huttes), il gagne et la partie s'achève immédiatement.
 

Taluva est une petite perle issue de la production germanique actuelle, dont il est la parfaite illustration : Un jeu simple, accessible, au thème plaqué, aux parties courtes et à la mécanique, qui sans être innovante, à l'avantage d'être trés efficace. Taluva est de ces jeux que l'on peut pratiquer en toutes circonstances et qui fera l'hunanimité auprès des joueurs, de plus il fera un ambassadeur idéal si vous voulez faire découvrir les jeux "à l'allemande".

Si Taluva est avant tout un jeu de placement (de tuiles et de bâtiments), ici on ne se battra pas à coups de majorités mais on cherchera plutôt à optimiser et à rentabiliser au mieux ses poses. Le jeu permet de jouer les opportunistes, et il n'est pas rare d'essayer de profiter des champs patiemment mis en place...par vos adversaires !
N'oubliez pas de surveiller le stock de pions de vos adversaires, car il n'y a rien de plus frustrant qu'une fin prématurée provoquée par un autre, alors que vous aviez prévu d'en terminer vous-même au tour suivant .

Fait notable pour un jeu de ce type, il est moins "riche" à 2 joueurs ou il devient plus calculateur et dont le jeu en alternance offre moins de possibilités d'opportunisme. Préfèrez les parties à 3 (voire 4) joueurs qui seront plus ouvertes tout en restant maîtrisables.

Le matériel est soigné et fonctionnel, je regrette simplement les pions de couleur marron qui ressortent moins que les autres lorsqu'ils sont en place sur les champs, ce qui nuit légèrement à la lisibilité, mais ce n'est qu'un détail. Visuellement, l'ensemble est agréable et les tuiles épaisses sont agréables à manipuler et semblent trés solides.

Taluva est mon coup de coeur actuel, il ne serait pas étonnant de le voir en lice pour un prochain Spiel des Jahres tant il en possède les caractéristiques. Alors si vous cherchez bon petit jeu qui sait se renouveler, au matériel agréable, possédant une grande accessibilité et pouvant se jouer avec n'importe quelle catégorie de joueurs, laissez vous tenter ! Car pour à peine plus d'une vingtaine d'Euros, Taluva sera ce jeu là...
 

Sorti à Essen 2006, Taluva s'est fait remarquer. Pourtant son mécanisme n'est pas des plus original. Les joueurs placent des tuiles en superposition pour développer des cités, des temples et des tours. Taluva rappelle Java en beaucoup plus light. Au fur et à mesure des parties, on se rend compte de l'importance du placement de chaque tuile et des opportunités à saisir. Les joueurs ont un nombre limité de huttes qui peuvent être également emportées par une coulée volcanique. Jeu tactique par excellence, Taluva exprime bien la tendance des jeux actuels : un beau jeu, pas trop long, tactique, ludique, beaucoup plus accessible que ces ancêtres. Faudrait pas quand même les enterrer trop vite, non mais….



  • Bruno Faidutti
  • Ludigaume
  • Jeux de Nim




  • Recherche en Cours...